Transports publics à Accra: vers une meilleure régulation des services artisanaux?

Dans le cadre du Ghana Urban Mobility and Accessibility Project (GUMAP), financé par le Secrétariat d'Etat à l'Economie suisse (SECO) et piloté par le Ministère des Collectivités Locales, de la Décentralisation et du Développement Rural ghanéen (MLGDRD), Transitec a été mandaté pour mettre en œuvre des activités relatives à l'amélioration de la mobilité urbaine dans le Grand Accra. Un des principaux objectifs est de favoriser une meilleure régulation du secteur afin d'améliorer les services de transport public.

La capitale ghanéenne, dont le PIB selon la Banque mondiale est de 3 milliards de dollars, se développe très rapidement selon un modèle radio-concentrique. Dans cette métropole de 4,5 millions d'habitants, aucun système de transport de masse n'existe. Le réseau de transport public repose avant tout sur des minibus "trotro" exploités par des opérateurs artisanaux.

Dans le cadre du Ghana Urban Mobility and Accessibility Project (GUMAP), financé par le Secrétariat d'Etat à l'Economie suisse (SECO) et mis en œuvre par le Ministère des Collectivités Locales et du Développement Rural ghanéen (MLGRD), Transitec a été mandaté pour mettre en œuvre un certain nombre d'activités relatives à l'amélioration de la mobilité urbaine dans le Grand Accra (planification de la mobilité urbaine, régulation du transport public, gestion de la circulation et du stationnement, collecte de données etc.). En Mars 2021, deux assistances techniques ont été lancées pour favoriser une meilleure régulation du secteur afin d'améliorer les services de transport public. :

  •          Une cartographie du réseau de trotro: Transitec s’est associé à Transport for Cairo (TfC), qui utilise une application smartphone et des enquêteurs embarqués pour collecter des données géolocalisées en temps réel. Ce projet s’inscrit dans la suite du projet Accra Mobile mené 2016 par la ville d’Accra et Transitec (sur financement AFD), qui avait permis la cartographie d’un peu plus de 300 lignes de trotro. Des formations de responsables des départements transport des municipalités composant le Grand Accra permettent en parallèle de garantir la mise à jour régulière des données collectées, permettant ainsi aux municipalités de mieux réguler l’offre de transport et d’en améliorer la qualité
  •          Une étude de la perfomance du réseau de trotro, de taxi et d’okada (mototaxi) en vue de proposer de possibles améliorations comme le passage à des services cadencés (en opposition au système actuel dans lequel le véhicule ne démarre que lorsqu’il est plein). Cela impliquera la collecte de données socio-économiques sur l’ensemble des acteurs du secteur (chauffeurs, receveurs, rabatteurs, porteurs, vendeurs, agents d’entretien, mécaniciens, vendeurs de pièces détachées etc.) ainsi qu’auprès des usagers (origine-destination, temps de trajet), qui devraient servir de base à l’élaboration d’un programme pilote de transition vers un fonctionnement à horaires. Pour cette étude, Transitec s’est associé à Organisation Development Africa (ODA) ainsi qu’au Global Labor Institute (GLI). Un projet similaire a été réalisé en 2019 par la ville du Cap (Afrique du Sud) avec l’appui de ODA et Transitec (voir vidéo).

Ces deux assistances techniques devraient déboucher sur une 3ème étude relative au renouvellement de la flotte de trotro, visant à introduire des véhicules plus capacitaires, plus sécurisés, moins consommateurs en carburant et moins polluants.

Entrez votre email pour recevoir régulièrement nos actualités